Commune de Malauzat

logo du site
  • Commune de Malauzat
  • Commune de Malauzat
  • Commune de Malauzat
  • Commune de Malauzat
  • Commune de Malauzat

Accueil du site > Malauzat > Présentation de la commune

Présentation de la commune

HISTORIQUE

Carte de Cassini

Un territoire relativement jeune

Avant 1790, la paroisse de Saint-Genès l’Enfant formait une étroite langue de territoire entre les collines, de Malauzat à Enval. Elle devient commune du canton de Volvic en janvier 1790.
En 1801, le canton de Volvic disparaissant, la commune entre dans le canton de Riom-ouest.
En 1874, la commune se trouve amputée d’une partie de son territoire rattaché à celui de la nouvelle commune d’Enval.
Le 4 mars 1928, Malauzat obtint de devenir le chef-lieu de la commune. En fait, en 1910, le Conseil municipal de Saint Genès l’Enfant, lassé de n’avoir ni école ni église et se trouvant à une extrémité du territoire, Malauzat de l’autre, demanda à ce que le chef-lieu de commune soit transféré au bourg de Malauzat et que la commune s’appelle désormais Malauzat-Saint-Genès.
"Petite histoire de la commune" Lire...


Les origines de Malauzat

En 1525, trois fiefs composaient le territoire. Un fief appartenait à Jean du Cros, le second à Gilbert du Cros, le frère et le dernier à la famille Du Bourg.
Dans la seconde partie du XVIème siècle, Antoine Du Bourg devint seigneur de toute la terre de Malauzat.
En 1658, la seigneurie de Malauzat fut vendue à la famille Rochette (de Clermont-Ferrand).
Malauzat eut des seigneurs jusqu’en 1789.


Les origines de Saint-Genès l’Enfant

Au XVIème et XVIIème siècles, Saint-Genès l’Enfant était un fief des Murat.
De l’époque d’Antoine de Murat, date la construction d’un château Louis XIII, inscrit depuis le 7 avril 2008 au titre des monuments historiques. En savoir plus...
A noter que le château est une propriété privée, non ouverte au public
Au XVIIIème siècle, le domaine se subdivise et revendu plusieurs fois. Le château est acquis en 1709 par le greffier en chef au bureau des finances de Riom. Il aboutit ensuite à une famille qui en est toujours propriétaire.

Le seigneur de Tournoël avait des droits sur la paroisse de Saint Genès l’Enfant (en matière de justice). En 1769, la paroisse de Saint-Genès l’Enfant obtint l’affranchissement des droits de charrois, corvées et manoeuvres.


Maires de la commune depuis 1792 à nos jours

- Marien JULIEN mandat de 1792 à 1808 (durée 16 ans)
- Antoine-Xavier ARAGONNES de MALAUZAT de 1808 - 1825 (17 ans)
- Guillaume BIOU de 1825 - 1826 (1 an)
- Jean-Marie NEYROU-DESAULNAT de 1826 - 1830 (4 ans)
- Jean-Baptiste MARMAY-MICHELLET de 1830 - 1843 (13 ans)
- Jacques FAURE de 1843 - 1854 (11 ans)
- Genest DOMAS de 1854 - 1874 (20 ans)
- Jean-Charles LEVADOUX de 1874 - 1876 (2 ans)
- Martial AUTEROCHE de 1876 - 1890 (14 ans)
- Jean-Charles LEVADOUX de 1890 - 1896 (6 ans)
- Marien JULIEN de 1896 - 1908 (12 ans)
- Louis BROSSON de 1908 - 1935 (27 ans)
- Pierre SUCHEYRE de 1935 - 1947 (12 ans)
- Alexis MATHOT de 1947 - 1959 (12 ans)
- Stéphane ANDANSON de 1959 - 1977 (18 ans)
- François MATHOT de 1977 - 2001 (24 ans)
- Jean-Paul AYRAL de 2001 - ?


SITUATION GEOGRAPHIQUE

Dans le département du Puy de Dôme, au sein de la Région Auvergne, la commune de Malauzat se situe à moins de 10km de Clermont-Ferrand et de Riom. Ses habitants sont appelés "MALAUZAIRES".
Elle fait partie administrativement de l’arrondissement de Riom qui regroupe 13 cantons et du canton de Riom-ouest qui se compose de 7 communes : Châteaugay, Enval, Malauzat, Marsat, Mozac, Riom (en partie), Volvic.
La commune de Malauzat se situe également dans le périmètre du Grand Clermont.

Malauzat est une commune de forme allongée, charnière entre la Grande Limagne et les Monts Dômes. Sa superficie est de 599 hectares.
La commune présente la particularité d’être coupée en deux, séparée par une véritable barrière naturelle, le Puy de Marcoin (altitude 561m). Au sud le bourg de Malauzat à une altitude moyenne comprise entre 500 et 540 m (dont les habitants sont peut-être plus sensibles à la proximité de Clermont-Ferrand ?) et au nord les villages de Saint-Genès l’Enfant et des Moulins Blancs à une altitude de 380 m environ (dont les habitants sont plus tournés vers le pays riomois ?).

La commune de Malauzat est limitrophe des communes : - d’Enval au nord - de Mozac, Marsat, Châteaugay, à l’est - de Blanzat et Sayat au sud - de Volvic à l’ouest.

Malauzat est l’une des 11 communes membres de RIOM-COMMUNAUTE.


DEMOGRAPHIE

L’évolution démographique de Malauzat a connu 2 grandes phases depuis le début du XXème siècle :
- De 340 personnes en 1901, la commune a accusé une baisse de 40% entre 1901 et 1946 (204 personnes seulement en 1946, conséquence de l’exode rural, des guerres, …).
- La reprise de la démographie s’opère à partir des années 1950 (231 personnes en 1954).

PDF - 1 Mo
Résultat recensement 2007

- La croissance explose et a plus que triplé depuis 1901. Selon les résultats de l’INSEE du dernier recensement réalisé début 2007, la population compte 967 personnes soit une progression globale de 8,2% depuis le précédent recensement de 1999.
- Toujours selon le dernier recensement, 379 logements ont été recensés sur la commune, dont 215 à Malauzat bourg et 164 à Saint-Genès l’Enfant - Les Moulins Blancs, soit une progression de 16,6%.
- La croissance de la population de Malauzat, depuis les années 1960 (254 personnes en 1962), est le résultat d’un apport migratoire très conséquent, qui tend à s’affaiblir depuis les années 1990 - 1999. Cependant, le solde naturel participe également, mais en proportion moindre, au renouvellement des générations.
- Depuis 1982, le nombre de naissances est supérieur à celui des décès.


Le profil démographique montre une population plutôt jeune
La population de moins de 20 ans représente 29% de la population totale. Cet indice est en régression par rapport à 1990 (35%), où les moins de 20 ans constituait la tranche d’âge dominante. En 1999, des signes de vieillissement apparaissent. Ce sont désormais les 40-59 ans qui sont les plus importants (35% de la population totale).
Les plus de 60 ans représentent moins de 3% de la population totale.
La population accueillie est faite de jeunes ménages urbains avec de jeunes enfants, demandeurs de services.

La plupart des informations reprises ici, émanent du diagnostic réalisé par le Cabinet d’architecture Descoeur de Clermont-Ferrand en préambule à la création du Plan Local d’Urbanisme de Malauzat.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP